Pics d’enfer, Garmo Negro, arête ouest.

Pics d'enfer, Garmo Negro, arête ouest. dans Escalade AD 2013-08-22-09.59.58-150x112On est montés au garmo Negro par l’arête qui est à droite du sommet sur la photo. Sur un terrain comparable à celui des Posets, où alternent schistes rouges et calcaire blanc, c’est une arête assez effilée et aérienne en rocher assez délité mais sain. PDsup, deux petits ressauts proposent du IIIinf. Je suis monté plusieurs fois aux pics d’enfer, mais je n’avais jamais mis les pieds au Garmo Negro, et le petit lac compris entre les deux sommets est vraiment joli, bleu foncé dans un entourage de rochers colorés où subsistaient encore des névés fin août.

On avait pris l’option randonnée avec une corde de vingt mètres, deux sangles et deux mousquetons, et on s’en est servi de temps à autre au cours de trois belles journées: 1-le soir on monte bivouaquer au fond du Marcadau. 2-on franchit un col au sud, on cache les sacs près des lacs qui sont au pied de la Fache (au sud-est), et on monte en grimpouillant son versant nord à la Punta de Zarre, farouche petit sommet peu fréquenté, même par moi qui ai pourtant déjà visité tous les sommets du coin. Puis on monte à la Fache par l’arête sud (facile), on redescend aux sacs et on part bivouaquer du côté de l’Ibón Azul. 3- On franchit une brèche granitique vers le sud (à l’est des pics d’enfer), on parcourt un versant sauvage vers le col de Pondiellos (si c’est bien son nom..), on monte à un petit sommet à gauche puis au Garmo Negro par l’arête ouest, on continue la promenade vers le pico de Algas, et retour par des névés, des éboulis, des barres rocheuses vers notre petite brèche du matin. On reprend nos sacs, et on repasse la frontière sous la menace d’un spectaculaire cumulonimbus qui se dore le champigon sur le Vignemale. À la recherche d’un bloc, on passe au petit lac Falisse, et on trouve en continuant à flanc vers l’ouest, dans un grand pierrier schisteux, issu de la Fache, le meilleur bloc de bivouac de la région: grande dalle en guise de toit, murets de pierres, sol égal, huit étoiles. On a regretté qu’il ne pleuve pas, on était si bien. Le lendemain à midi on était à Toulouse. 



Gavarnie, Casque du Marboré face Nord et Grotte du Marboré

Gavarnie, Casque du Marboré face Nord et Grotte du Marboré dans Escalade AD 2013-08-19-12.34.17-112x1502013-08-19-12.39.15-112x150 dans Escalade AD2013-08-19-09.38.42-112x1502013-08-19-10.10.53-112x1502013-08-19-10.11.08-150x1122013-08-19-08.16.08-112x1502013-08-19-08.21.26-112x1502013-08-19-09.10.04-112x150Encore une journée Pêche-promenade, Gavarnie est vraiment une source inépuisable de parcours amusants. Partis de Boucharo, on est montés le soir dormir sous un bloc avec vue sur le cirque, entre les Sarradets et la Brèche. L’ascension au Casque par le nord consiste à franchir deux barres rocheuses à l’aplomb du sommet: la première en grès jaune est facile et sans surprise, la deuxième, en calcaire gris, réclame de naviguer entre des cheminées, des vires, des surplombs à formes de voies sans issue. Ce n’est pas difficile (III), et on trouve trois pitons sur son chemin. Pour se ménager des occasions de revenir, on n’a pas gravi le dernier fronton du casque: mais on est allés se promener jusqu’en haut de l’éperon Fourastier, pour dominer la Brèche de Roland. On rejoint le sommet du casque facilement par la facette sud-ouest. 

Après, direction la Grotte du Marboré: j’avais fait l’effort d’acheter une lampe, instrument dont je n’ai jamais eu l’usage depuis vingt ans dans les Pyrénées, et qui sera fort utile dans la cave de mes beaux-parents pendant les vingt ans qui viennent. C’est très curieux, les tapis de glace, les stalactites, colonnettes etc. À la recherche de la salle inférieure décrite par De Bellefon, je suis descendu en rappel dans un puits au fond duquel j’étais fait comme un rat. Rien trouvé, mais la gymnastique qui m’a permis de remonter était nouvelle pour moi et très intéressante: colonnettes fragiles, surplomb en verre sécurit, ça m’a rappelé l’escalade ensoleillée que l’on pratique à Cotiella sur un rocher invraisemblable. Mais là, il faisait froid et humide. Enfin j’ai pas regretté la location des crampons et du piolet. Ce qui n’est pas dit dans les Cent plus belles, c’est qu’on ressort de l’autre côté du pli de roche qui abrite la grotte! On a trouvé ça très drôle, il faudra sans doute que j’y retourne avec les autres oiseaux. La traversée de la grotte n’oppose pas de difficultés à proprement parler, toutefois il faut être assez agile pour surmonter quelques blocs, et ce n’est pas un endroit où on a envie d’attendre un hélicoptère.

 



CHEZERY MULTISPORTS |
MULTIBOXING |
karatedo |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | admingrimptout
| Périers Sports Football
| ASSOCIATION TAEKWONDO CLUB ...