Gourette, Rognon de Ger Oscaby- Lamamière

Rognon de gerVoici une face nord qui donne franchement à l’est : À onze heures du matin, on a l’assurance d’attaquer en plein cagnard. On n’avait qu’à se lever plus tôt, merci du conseil.

On attaque en direction d’un gros surplomb jaune très caractéristique, une boursouflure de la roche à 100m du névé. Grimper en appuyant à gauche: rochers fissurés, puis dalle compacte en IV sup, puis dalle facile, et on peut relayer sous le surplomb, qui prodigue enfin de l’ombre. Une petite dalle suspendue à droite permet de franchir la zone partout ailleurs impraticable. Joli passage (Vsup, deux pitons en place), très sain, après quoi on remonte des cheminées caillouteuses jusqu’en haut. Belle vue sur l’Amoulat depuis la brèche. 

Dsup 2 à 3h. d’escalade, coinceurs et friends, on peut emmener deux pitons. Prendre des photos au niveau du surplomb, car après on dirait les pierriers de la Peña Montañesa. 

IMG_20160814_105351IMG_20160814_135906 IMG_20160814_130401  



Puymorens, Pico de la Valleta, dièdre nord.

Pico de la ValletaIl fallait retrouver mon frère pas trop loin de son bateau à voiles, alors le Pico de la Valleta nous a paru être le seul bout de caillou identifiable à peu près à mi-chemin des 4 vallées et de la Méditerranée. On a eu besoin de consulter une carte pour savoir où garer la voiture, et on est allés camper dans le brouillard. J’étais plutôt intéressé par l’éperon, mais les copains m’ont déclaré aimer les dièdres, alors alla pour le dièdre.

Il n’y a pas grand chose à dire: le motif est très évident en l’absence de brouillard givrant, on attaque un peu à droite de la base et on grimpe directement dedans. La première longueur propose un court dièdre lisse : « Quand le serpent est vieux, disait une iranienne de mes amies, la grenouille l’encule! » Je ne sais pas pourquoi, je suis pas parvenu à m’élever dans ce petit dièdre, j’avais froid, c’était poisseux, bref: je suis tombé sur une grenouille et j’ai fait un crochet à droite.

Au-dessus, ça a filé droit vers le ciel. Le rocher est très bon. Assurage sur coinceurs et friends. Le marin avait fière allure, il ne s’est même pas hissé sur les drisses. Le crux est une cheminée verticale où on se souviendra avec profit des possibilités qu’offre l’opposition. On croise un grand nombre de pitons, dont plus de la moitié semblent plantés dans de drôles de directions. Dsup, 3h30 d’escalade à l’ombre. 

On descend par un couloir entre le pico de la Valleta et la pointe de la Vignole. Trop cons ou trop mal habitués, on n’est pas parvenus à identifier l’éperon nord de la pointe de la Vignole parmi une poignée de pointements sans grand caractère, et on est descendus se baigner dans un petit lac. 

Pico de la valleta sortie

IMG_20160821_183847



Marcadau, Pic Falisse, éperon Nord-est

Pic FalisseJe suis un spécialiste du Pic Falisse: en 1996, j’ai remonté seul et en tennis la paroi qui est à gauche de cet éperon. Je me souvenais bien de l’arête ornée de petits clochers qui unissait la pointe où aboutit cette paroi au sommet lui-même. Je ne pensais pas repasser par là vingt ans plus tard! Il a fallu l’attrait d’une voie Ravier et un mensonge pieux de Passages Pyrénéens (« belle voie en excellent granit… »).

Erwan s’est mis à marmonner dans la deuxième longueur. Il serait redescendu! J’ai développé au niveau du gendarme une théorie inconnue pour moi cent mètres plus bas: grimper dans un rocher très délité, c’est comme résoudre des mots croisés ou des sudokus: on essaye patiemment toutes les solutions qui s’offrent jusqu’à trouver la bonne. Comme je ne pars pas en vacances avec Télé7 jeux mais avec un breton et un jeu de coinceurs, j’ai passé un très bon moment sur cet éperon qui favorise le mutisme et les opérations algébriques autour de trois points d’appui Mystère à découvrir à chaque pas.

Deux solutions s’offraient en bas, à gauche ou à droite d’un renfoncement noir. J’ai pris sur le petit éperon de droite, plus raide mais plus court que celui de gauche. On arrive en deux longueurs au gendarme. Au-dessus du gendarme, le fil de l’éperon me paraissant mauvais, j’ai choisi de gravir juste à droite une cheminée de schiste rouge verticale (V) mais solide, dont on sort à gauche. Ensuite, sur le fil jusqu’au sommet de l’éperon, puis l’arête aux clochetons jusqu’au Pic Falisse.

D. IV et V pour les 150 premiers mètres, puis III et IIIsup. (2h-2h30). Puis traversée d’arête en schistes variés (45mn). On a mis 3 heures en tout, sans pause casse-croûte parce que le ciel prenait une drôle de couleur crémeuse. Je ne me souviens pas avoir vu de matériel en place, hormis une sangle de rappel dans le bas. On a fait la voie sans pitons, mais avec un jeu de coinceurs et friends. 

 IMG_20160817_083740 IMG_20160817_101906 IMG_20160817_112835



CHEZERY MULTISPORTS |
MULTIBOXING |
karatedo |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | admingrimptout
| Périers Sports Football
| ASSOCIATION TAEKWONDO CLUB ...