Troumouse, Pène Blanque… face sud

J’ai trouvé ça un jour: OLYMPUS DIGITAL CAMERA

J’ai pas pu m’empêcher de l’imprimer, et quand on a commencé à tourner dans les vallées en août dernier, on a aussi un peu retourné la chose dans nos têtes. Il nous est bien entendu plusieurs fois arrivé de considérer la Pène Blanque de Troumouse depuis le sud, et même de passer juste au pied dans un mélange de hâte détrempée et d’insomnie mal gérée en juillet 98, et ce que nous en pensions habituellement était que le terrain se prêterait à une course en chaussons et sans corde ou presque. La considération des cotations proposées par ce topo nous a arraché quelques cris de joie (Ça se grimpe vraiment!) et quelques grognements de suspicion (Ah ouais?! du V? là-dedans?). 

On y est allés, avec un rappel complet et une garniture de coinceurs et friends. On a compris que décidément il y a des grimpeurs qui se lèchent le prépuce quand ils rédigent des topos. Aucun passage n’excède le IIIsup. Le terrain offre ce qu’il promet, à savoir des dalles couchées et des vires herbeuses. Je comprends d’autant moins ce qui est passé par la tête des auteurs du topo qu’à bien des égards ce topo est très bien fait: le cheminement est très bien dessiné, tous les pitons et toutes les lunules sont à leur place, bref, c’est pas fait par des imbéciles complets. J’ai même été admiratif de l’ingéniosité déployée par nos prédecesseurs pour la découverte ou la création de lunules, le premier était un bricoleur hors pair. Si je le rencontre, je lui conseillerai juste de parcourir la voie Ravier en face nord de la même montagne, ça lui permettra d’avoir une idée un peu plus concrète de ce que c’est que du IVsup et du Vinf.

Attention; j’ai dit que le topo était bien dessiné, pas que le cheminement était brillant: en particulier la traversée R6-R7 (IVsup sans poser les mains!!) est un drôle d’écart de conduite. 

Bon, à faire comme nous un jour de nuées orageuses, car il doit faire très chaud en plein soleil… ou à ne pas faire du tout. Mais c’est une belle promenade, l’approche au dépard de Parzán par les lacs de la Munia est jolie, il y a une vire à l’ouest après le deuxième lac qui conduit au pied de la « voie ». La course est à peine AD en fait, et aucun passage n’est décisif, on peut en fait naviguer un peu comme on veut, c’est comme une pente de neige saisie par le gel en Bolivie.



Laisser un commentaire

CHEZERY MULTISPORTS |
MULTIBOXING |
karatedo |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | admingrimptout
| Périers Sports Football
| ASSOCIATION TAEKWONDO CLUB ...