Aiguille de Perramó, traversée.

 

perram3.jpgperram.jpgperram2.jpgperram4.jpgperram5.jpgperramo6.jpg

Voici deux semaines, on redescendait de l’Aneto, et Erwan en était à sa quatrième caña, quand tout d’un coup il nous a dit: « En 98, on est passés au pied d’aiguilles incroyables dans le massif des Posets! » On a fourré une corde, six mousquetons, trois friends et six wall nuts dans un sac, et on est montés bivouaquer dans le vallon de Bastisiella, avec le projet excitant de parcourir un tas d’arêtes schisteuses. La surprise fut de taille: pas le moindre bout de schiste ou de gravillon quand le soleil fut venu, mais tout simplement le meilleur granite du monde disposé en grandes dalles parcourues de fines fissures. Bientôt des photos. On y est comme des cigales aux relais sur le tronc d’un sapin, et comme des fourmis dans les longueurs, toutes pattes adhérées au rocher.  

On attaque tout à fait en bas de l’éperon nord (nord-est) de l’aiguille de Perramó: la course est faite de temps en temps, et il y a un cairn au départ. On trouvera deux pitons dans la voie, et des sangles autour des petis sapins. N’en rajoutez pas. Le cheminement que j’ai suivi n’est sans doute pas toujours le plus facile, mais il est direct et logique. La première longueur, par exemple,  est sans doute plus facile à droite de l’éperon. On a fait des longueurs de 35-40 mètres, parce qu’on était trois sur un seul brin de 50m. 

 

Gravir, juste à gauche de l’éperon, une fissure formant un léger dièdre en bas, et que décore un bloc surplombant au milieu. Quand elle rejoint le fil de l’éperon, atteindre à droite un petit sapin pour le relais. Gravir à droite un joli dièdre, puis un autre plus court, surmonter un petit mur difficile et relayer à l’ombre d’un autre petit pin. Remonter une fissure double jusqu’à une grotte ombreuse et fraîche. En sortir à gauche, passage un peu surplombant, puis par une dülfer exposée gagner la pointe du premier ressaut. Traverser la crête horizontale jusqu’au ressaut suivant. Gagner un petit pin par une cheminée. La dalle au-dessus est ornée de fines fissures: gravir celle de droite, puis après vingt mètres gagner une autre fissure qui part vers la gauche. Relais sur une bonne vire. En sortir à gauche, suivre une fissure, et puis gravir une cheminée puis une dalle lichéneuse (difficile), ou (plus commode) un très beau petit dièdre à gauche du fil de l’éperon. Une brèche, une dalle, quelques ressauts à contourner, une autre brèche qui est le point d’arrivée d’un dièdre impressionnant de la face ouest (nord-ouest), et on rejoint le dernier élan de l’aiguille: gravir des corniches, puis une lignes de cheminées qui passe par un petit sapin. 

On descend de la première pointe directement au sud sur trente mètres, après quoi on oblique à gauche (est) pour reprendre un système de vires qui amène à la brèche au pied de la deuxième pointe. Celle-ci se gravit directement par un petit dièdre clair à droite et des rochers fracturés. Descendre à toute crête, et par un crochet à gauche atteindre la brèche suivante. On atteint le sommet principal en louvoyant dans un large ressaut couché et herbeux. On descend de là vers le sud pour rejoindre un vallon à gauche ou un autre à droite, qui tous deux amèneront à la vallée d’Estós.

 Voici une course magnifique, D ou TD, sur un rocher très sûr et où tous les passages sont très beaux, III et IV et V. Dans le florilège des bonnes surprises, cette course rencontrée par hasard nous a particulièrement ravis. Comme je l’ai dit plus haut, on n’était pas du tout partis pour ce genre d’escalade, et j’ai grimpé le baudrier léger et en laissant deux ou trois points dans les longueurs – d’autant plus qu’en haut du premier ressaut j’avais bricolé un petit renvoi pour garantir la corde du frottement avec une cordelette et deux mousquetons, et qu’on a oublié ces objets sur place. Quand c’était un peu difficile, notamment dans le grand ressaut en dalle, j’ai mis des points que je récupérais au fur et à mesure en redescendant quelques mètres. Finalement il y avait des prises partout et l’escalade était toujours très précise et sûre. 

On a bivouaqué dans l’herbe à vingt minutes de l’attaque, et le lendemain on est allés se promener sur la crète Pavots-Espadas-Posets. On y a rencontré la plus jolie polonaise du monde et son bon ami Piotr, et on a été bien inspirés de ne pas les encorder pour leur faciliter le parcours de la crète qui impressionnait beaucoup la demoiselle, parce qu’on a entendu dix minutes après les avoir quittés et leur avoir recommandé de descendre le premiers grondement d’un orage qui nous a divertis de quatorze à 19 heures ce jour-là, avec grêle et regrêle et torrents dans les sentes. Erwan qui désirait depuis le jour de sa naissance parcourir ces arêtes et Jean-Christophe à qui on avait abondamment rebattu les oreilles de la merveilleuse beauté du massif des Posets n’ont pas vu grand chose d’un parcours effectué en courant dans les nuages. Pour moi, qui étais redescendu par là en 95 ou 96 avec un assez gros sac et un très fort vent d’ouest, j’ai eu le plaisir de reconnaître certaines dispositions rocheuses qui m’avaient laissé un souvenir aérien. J’avais le diable au corps (et les Cervin de Koflach aux pieds) en cette fin de siècle dernier, parce que j’étais redescendu à Viados depuis le col des Pavots. Excellent exercice de pierriers en ardoise et d’usure de la paume des mains au fond de ravins. 

Pour en revenir à l’aiguille de Perramó: des forcenés ont spité le bord droit des dalles du grand ressaut, à dix mètres d’un cheminement parfaitement logique et qui se protège à merveille au wall nut. On ne voit ces aspects de la misère humaine qu’à un court moment, mais je n’ai pas pu m’empêcher de me moquer méchamment des auteurs de cette absurdité et je ne repense pas à ces belles aiguilles sans concevoir un peu de mépris à leur égard. Le relais que j’ai vu était spité à côté d’une fissure ossaloise! Je prèfère les polonaises terrifiées dans du I inf à des grimpeurs de 6b qui ne trouvent rien de mieux à faire que spiter un matin d’ennui une dalle lichéneuse, ô combien!

 



Laisser un commentaire

CHEZERY MULTISPORTS |
MULTIBOXING |
karatedo |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | admingrimptout
| Périers Sports Football
| ASSOCIATION TAEKWONDO CLUB ...