Balaïtous, Crête du Diable, éperon de la dalle de la Pierre Levée.

 

Balaïtous, Crête du Diable, éperon de la dalle de la Pierre Levée. crete-du-diable-150x106dalle-diable-2-150x112dalle-diable-4-150x112diable-face-est-1-150x112dalle-diable-3-150x112diable-face-est-2-150x112crete-du-diable-face-est-de-la-pierre-levee-115x150

Depuis le pic Cristail jusqu’aux derniers gendarmes de la crête du Diable, on a plusieurs aperçus sur un grand bouclier de dalles lisses et polyfissurées qui est à l’aplomb de la Pierre Levée, versant est. Le souvenir de mes lectures hivernales du guide Ollivier dans les années 80 m’assurait que Flematti et Desmaison avaient grimpé de ce côté-là. Une petite séance de recherche sur le web en juin dernier m’a permis d’imprimer quelques topos, qu’Erwan a soigneusement rangés dans un sac la veille de la course et oubliés le matin, ce qui fait qu’on a fait ce qui devient une habitude, on a improvisé.Vue d’en bas, cette grande dalle m’a parue plus raide et les fissures moins exploitables que je ne le pensais. On a été attirés par un fort joli dièdre noir et vertical qui est à gauche de l’éperon bordant ces dalles au sud.

J’ai attaqué dans une ligne de fissures à droite de l’éperon, pour basculer à gauche au-dessus d’un dévers, en pleine dalle (V, 3 pitons ou spits, puis un pas de 6a pour traverser à g.). Relais sur microfriends, plein gaz, 50m., rocher magnifique. On est dominés par un gros toit orange. Traverser à gauche, franchir le fil de l’éperon et relais sur becquet, V. remonter une ligne de dièdres en direction du dièdre noir bien visible d’en bas (V, Vsup). Remonter ce dièdre, Vsup, et relais sur une excellente terrasse. Trois pas de GRV (Gymnastique Rythmique au Vol) permettent de sortir au-dessus à gauche le long d’un bloc cubique proéminent, bien visible d’en bas lui aussi (Vsup, A1), puis des rochers moins raides amènent à une nouvelle terrasse confortable. De là, on pourrait rejoindre un couloir à gauche pour rejoindre la brèche au pied du trident nord. Il est certainement plus intéressant de repasser à droite de l’éperon pour gravir des dalles couchées jusqu’à la crête (III et IVsup). En quinze à vingt minutes de progression corde tendue, vers le nord, on arrive au pic Soulano. On en redescend le long d’une grosse échine plein est.

La fissure par laquelle on a attaqué s’est révélée être plus ou moins équipée. Il s’agit d’une fissure joliment sculptée, compacte, qui fend la dalle de la pierre levée sur toute sa hauteur, mais qui est généralement bouchée en son fond, peu utilisable avec des coinceurs. Erwan a examiné cette ligne toute la matinée, et a vu briller des petits morceaux de métal de part et d’autre, tous les quinze ou vingt mètres. Elle est donc à peu près équipée, mais il n’y a apparemment pas de relais en place. On a trouvé une plaquette aussi au relais juste au-dessous du pas d’A1. Et le cheminement qu’on a suivi à partir du dièdre noir correspond au tracé d’une voie sur un topo du guide Ollivier, on l’a su au retour… Très belle escalade en tous cas, TD soutenue, 230 mètres, excellent rocher. Coinceurs et friends.

On a comme toujours campé à mi-chemin du refuge Ledormeur et des moraines de Las Neous. Le premier jour, on s’est promenés du côté de Costérillou puis du Cap Peytier Hossard, et le deuxième on a fait la voie et on est descendus boire dans le val d’Azun. L’approche, par la brèche de Las Neous, est rapide jusqu’au pied de la face est de la Pierre Levée, on n’a même pas à redescendre pour contourner les contreforts du Pic Soulano.

 

 

 



Laisser un commentaire

CHEZERY MULTISPORTS |
MULTIBOXING |
karatedo |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | admingrimptout
| Périers Sports Football
| ASSOCIATION TAEKWONDO CLUB ...