Balaïtous, espolón elegante

eperonelegante001.jpgimgp1021.jpgimgp1020.jpgimgp1019.jpg

imgp1023.jpgimgp1022.jpg

L’ éperon Elegante, en face sud du Balaïtous, porte bien son nom. Il mesure 400m de haut et offre une belle escalade sur un rocher magnifique. Il est situé à gauche du large couloir qui sépare cette face de l’arête de Costerillou. 

Il faut repérer une grande terrasse ascendante qui coupe l’éperon à la base. On atteint cette terrasse par une longueur de 40m en IV. On la suit vers la droite jusqu’à tourner le fil de l’éperon et découvrir un petit dièdre schisto-graniteux que l’on remonte (Vsup). On parcourt des corniches faciles sur une longueur, on franchit un petit mur en V vers la droite, puis on reprend le fil de l’éperon que l’on suivra désormais constamment jusqu’en haut. Après une brèche, il faut s’échapper d’un petit dièdre vers la gauche dans des plaques fissurées. L’escalade se termine dans une haute dalle noire, couverte de lichen, qui est assez exposée et qu’il ne faudrait pas avoir à gravir sous la pluie. Pour nous, c’était le grand soleil et les chaussons mordaient la pierre.

On peut se demander par où approcher la face sud du Balaïtous. Il est logique de partir de Sallent de Gallego et dormir du côté du lac de Piedrafita. On redescend alors du Balaïtous par la brèche Latour. Nous on a dormi dans le vallon de la Pacca, au pied des moraines du glacier de las Néous. Le premier jour on a gravi l’éperon NW du pic des Cristayets, pour laisser tout le matériel d’escalade à la brèche de Las Néous, ne gardant avec nous que les casques. On a désescaladé le versant nord de la brèche et laissé les casques sous un caillou. Le deuxième jour, on a caché la tente, récupéré les casques, récupéré le sac de grimpe, et gagné le point le plus bas sur la crête entre le Gavizo-Cristal et l’aiguille Durand. Là on a cherché (et trouvé assez vite) une corniche qui descend vers le sud dans le flanc ouest des parois, et qui est marquée de deux ou trois cairns. Elle aboutit à un ravin humide et assez mal fichu mais qui se dégravit sans problème particulier. Il était avec tout ça déjà midi quand on buvait un coup dans les pierriers au pied de l’aiguille d’Ussel. Les quatre heures qui suivent sont un mystère, puisqu’elles ont été suffisantes à gagner l’attaque de l’éperon, nous équiper, tirer des longueurs, faire une petite pause dans une brèche, tirer d’autres longueurs, ranger le matériel, remettre les tennis, atteindre le sommet du Balaïtous, regarder la montrer et découvrir que nous avions fait tout cela très vite en prenant tout notre temps. 

On est descendus par la vire Béraldi et un petit rappel pour poser le pied dans la rimaye du glacier de Las Néous. On s’est coincé les chevilles sur quelques dizaines de mètres dans cette rimaye, et d’interminables éboulis nous ont menés à la bouteille de vin cachée sous la tente. 



Laisser un commentaire

CHEZERY MULTISPORTS |
MULTIBOXING |
karatedo |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | admingrimptout
| Périers Sports Football
| ASSOCIATION TAEKWONDO CLUB ...