Gavarnie, Gabiétou nord, arête ouest. Doigt de la Fausse Brêche.

Gavarnie, Gabiétou nord, arête ouest. Doigt de la Fausse Brêche. P1080061-150x112doigt-150x121

L’arête qui relie le col de Boucharo au sommet du Gabiétou est une des mieux placées, tant géographiquement que dans la liste des motifs désirables. On y est allés, le lyonnais, le marseillais, des tennis, un brin de corde, deux friends, quatre wall nuts, des sangles et moi, à la mi-août. Le seul passage obligatoire est le tout petit surplomb qui est à la base, sur le fil. Après on s’élève toujours sur le versant nord-ouest, par des cheminées, des vires, des petits murs, des dalles, parfois à nouveau le fil, c’est une très belle randonnée dans un très bel endroit toujours redressé.

Comme on était au sommet pour le petit-déjeuner, on a continué la journée dans une mentalité pêche-promenade, en montant au Taillon, au Doigt de la fausse brêche, au Casque par le tunnel sud-ouest, puis en descendant nous baigner dans la vallée d’Ossoue.

Au Doigt j’étais monté en… 1990 ou 91, avec l’ami Gilles: il faisait froid et gris. On avait une corde de 11 mm qui je suppose avait servi à un paysagiste de nos amis à tirer des troncs de châtaigniers au cul d’un pick-up, car elle on la décidait difficilement à se plier à une forme autre que rectiligne. Elle mémorisait toutefois une belle grosse déviation à mi-longueur. J’aimais beaucoup sa gaine effilochée, qui me donnait des sensations d’aventure. On est descendus en rappel autour du torse, et bien sûr, impossible de rappeler la corde. Et là, miracle: une jeune femme apparaît, qui à nos mines désolées nous dit gentiment: « Hé ben les garçons, qu’est-ce qui vous arrive? », et puis elle monte décrocher la corde et redésescalade le bourrier avec une agilité parfaite, sans s’assurer naturellement. Comme on ne savait pas encore très bien quelle était la différence entre les garçons et les filles, on n’a pas songé à tomber amoureux tout de suite, et elle a disparu à jamais. Cette année j’avais une corde trop souple et trop fine pour espérer la coincer, alors je suis redescendu en dégrimpant. Le rocher est plus sûr qu’il ne l’était dans mes souvenirs, on peut y aller. C’est une cheminée au nord du Doigt que l’on grimpe (au-dessus de la grotte).

Après, retour au tunnel du Casque (j’y étais allé quatre jours avant avec Alexandra), parce que c’est l’ascension la plus rigolote des Pyrénées (avec la face ouest du Petit Pic du midi d’Ossau). Et on a rigolé bien sûr.

 

 



Laisser un commentaire

CHEZERY MULTISPORTS |
MULTIBOXING |
karatedo |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | admingrimptout
| Périers Sports Football
| ASSOCIATION TAEKWONDO CLUB ...