Gavarnie, Soum de Ramond, arête sud.

DSC_0979Encore une belle promenade compliquée d’un pas d’équilibre au milieu de nulle part! Merci J et P Ravier, et merci Passages Pyrénéens. À Ordesa, le haut niveau se trouve en bas, et les vacances se déroulent en haut: n’y changez rien. On pourrait conseiller à des possesseurs de superguides ou à des maniaque du laçage et des bandes velcro d’enchaîner la Vie des Bordelaises, la Tour de Gaulis et l’arête sud de la Soum de Ramond, puisque cette collection de ressauts est sur une même pente et se prête à l’alternance tennis/chaussons. On a constaté que l’approche décrite dans Passage pyrénéens est valable si l’on vient d’Añisclo, mais pas d’Ordesa: le plus rapide dans ce cas est de passer au pied de la Tour de Gaulis et d’aborder la vire du départ à gauche de l’arête (cinquante mètres à l’horizontale) plutôt qu’à droite (quatre cents mètres). Il serait chafouin de faire à quiconque le reproche de la méconnaissance de ces lieux, car c’est quand même pas facile de s’y retrouver, même pour Erwan et moi qui revenons souvent dans ce paysage magnifique.  

Il faisait très froid avec une petite brise insistante, et les reliefs se sont trouvés accrochés assez tôt par des nuages de blizzard le jour de notre ascension. Dans ces conditions la première longueur est toujours la plus éprouvante, et elle s’est soldée par un gag: le rocher est excellent, à peu près vertical et très abrasif (le grès à surface de crépi typique des envers de Gavarnie). On se protège bien, et si on a la chance d’avoir de la sensibilité dans les mains et les pieds, c’est une escalade très agréable et pas tordue. Erwan m’assurait en grelottant, et au moment où je sortais sur la vire supérieure, il m’a crié: « T’as trouvé un nid de vautours? » Car voici le spectacle que j’offrais à contrejour: des paquets de plumes blanches voletaient autour de mes bras qui cherchaient à les rattraper, c’est ma doudoune qui venait de se déchirer au contact d’une pointe du crépi de cet excellent rocher. 

Après ce premier ressaut, on remet les tennis jusqu’au pied d’une deuxième barre. C’est ici que se trouve le pas de Vsup du topo, dans du calcaire gris et jaune. On gravit quelques mètres dans une fissure immédiatement à gauche du fil, puis on se rétablit à droite (un piton étêté bouche une prise), en quelques mouvements d’adhérence qu’il ne faut pas faire de travers, parce qu’on se retrouverait à plat sur la bonne terrasse d’éboulis où le second prend le soleil. À mi-longueur on est sur une dalle couchée, au pied d’un mur en rocher fracturé qu’on gravit à nouveau vers la droite, puis directement. On remet à nouveau les tennis. Le troisième ressaut est le plus élevé, on y fait deux longueurs, plusieurs passages sont possibles. Une dernière barre propose un peu d’escalade, et on rejoint le cairn de ce beau sommet sauvage. On a été tout contents de croiser au cours de cette ascension une vire qu’on avait suivie en 1998 et qui nous avait permis de contourner toute la Soum de Ramond un jour d’orages pluridisciplinaires avant de la gravir à la faveur d’une éclaicie vespérale. Je ferai peut-être un jour le descriptif de cette belle randonnée qui nous avait conduits de hasards en hasards du col de Boucharo jusqu’au sommet du Vallier, en passant par le Pic Russel et la Forcanada. En passant sur cette vire de la Soum de Ramond, les sacs chargés de courses faites à Gavarnie, on ne se doutait pas que la prochaine épicerie se trouverait à Benasque!

On est descendus de la Soum de Ramond par son arête ouest, en direction du Mont Perdu: on s’est réencordés sur cent cinquante mètres et sous une bonne risée de grêlons, parceque c’est assez aigü et exposé. Très jolie, cette petite arête, au demeurant, très valable voie d’ascension. PDsup sans doute. On est remontés au Mont Perdu, puis retour à la tente et baignade au milieu des prairies qui, elles, ont été au soleil tout le jour que nous venions de consacrer à la visite d’une entreprise frigorifique. Belle course éloignée, Dsup, escalade en IV avec un passage de V exposé, quelques coinceurs et friends, encordement à 50m.

soum de ramond DSC_0993DSC_0986  DSC_0973

soum de ramond
soum de ramond


Laisser un commentaire

CHEZERY MULTISPORTS |
MULTIBOXING |
karatedo |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | admingrimptout
| Périers Sports Football
| ASSOCIATION TAEKWONDO CLUB ...