Maladetta, Margalida, face nord – parcours du 10 août 2010

margalidacopy.jpgmargalidafaceavecitinrairescopy.jpgpyrnes2008056.jpgLe 10 août dernier on a fait connaissance avec la face nord du pic de la Margalida, dans le massif de l’Aneto. Un topo de Crepúsculo Otoñal en main, j’ai été un peu négligent dans le repérage de la voie depuis le bas: Jean-Christophe a commencé par me rappeler à l’ordre au moment où j’allais étourdiment m’équiper au pied du dièdre Narayan. J’ai finalement attaqué un peu trop à gauche de l’éperon, et ensuite mon insistance à revenir sur le grand dièdre préconisé par le topo s’est heurtée à des impasses.

Sur la photo d’ensemble, j’ai tracé en jaune le tracé du topo, en vert notre cheminement, en rose les surfaces explorées par moi. Le grand dièdre bien visible d’en bas et de loin s’est révélé improtégeable et m’a paru au-dessus du niveau annoncé: fissures bouchées et dalles lisses. Aucune trace de passage. J’ai finalement atteint puis remonté une ligne de corniches raides nettement plus à gauche. Ce cheminement-là, lui, paraît être assez régulièrement parcouru: j’y ai trouvé trois ou quatre pitons, deux piquets de tente martelés et trois vieilles ficelles. Belle escalade entièrement libre en IV et V soutenu avec des pas de Vsup. Ambiance magnifique, escalade sûre, généralement verticale, et dans un cadre sauvage. Le dièdre de sortie est spectaculaire, on grimpe, sur le pan droit, des fissures franches dans une plaque noire de plus de 50 mètres de haut. Pitons inutiles dans toute la voie, on peut emmener une clé de huit pour ôter trois spits collés par des forcenés dans cette belle dalle finale finale qui n’en avait vraiment pas besoin.

Cette voie pose le problème du retour: nous avions dormi au col de Barrancs, et je n’aime pas faire de rappels. Alors le plan était de parcourir les crètes de la Margalida et du pic des Tempêtes jusqu’à l’épaule de l’Aneto, pour redescendre aux duvets par le glacier de Barrancs. Une autre solution s’est offerte à nous, pour les raisons suivantes: 1 je me suis réveillé une heure trop tard le matin; 2 on a mis une bonne heure de plus que prévu à l’approche; 3 j’ai bien perdu deux heures dans les cent premiers mètres de la paroi à expérimenter toutes les fissures bouchées sur lesquelles passe allègrement le tracé du topo; 4 mes chaussures ont perdu leurs semelles (merci le Vieux Sampeur et pas sans reproches pour ce ressemelage label rouge); 5 avec tout ça il était 17 heures au sommet, et je boitais des deux pieds. Alors on est descendus à Vallibierna dormir dans une cabane en grelottant pas trop dans nos chandails.

Après cette nuit à deux étoiles et sans toque ni fourchette au Gault et Millault, on a parcouru la vallée de Vallibierna à pieds tôt matin, on est allés boire de la bière à Vénasque à neuf heures, et à midi on est partis pour l’Aneto par la voie normale. Sommet 16 heures dont on est redescendus par le glacier de Barrancs, assez enneigé, mais sans sucune crevasse, on a retrouvé nos chers duvets  au col de Barrancs, bu une bouteille de vin et dormi d’un sommeil de plomb. Ça nous a fait une imprévisible et merveilleuse traversée du massif en deux jours.

 

 

margalidafaceavecitinrairescopy.jpgmargalidafaceavecitinrairestopo.jpgmargalidabaslow.jpgmargalidamilieulow.jpgmargalidadidrelow.jpgmargalidahaut2low.jpg



Laisser un commentaire

CHEZERY MULTISPORTS |
MULTIBOXING |
karatedo |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | admingrimptout
| Périers Sports Football
| ASSOCIATION TAEKWONDO CLUB ...